Cantique spirituel, op.41

1950

Léonce de Saint-Martin a présenté lui-même son Cantique Spirituel inspiré du « Cantique spirituel entre l’âme et Jésus-Christ, son époux » de saint Jean de la Croix : Cette œuvre est toute débordante de lumière et de joie. C’est une musique de grand espace, une fresque décorative, une marche victorieuse qui se développe sous des trilles tournoyants. Une exposition solennelle suivie d’un milieu tout fait de grâce et de beauté.

Sur le tutti de l’orgue vrombit le grave de la pédale, doublé aussitôt par un trille sur lequel monte en huit notes un thème de ligne pentatonique. Huit fois, sur le même rythme, se succèdent des imitations du thème avant une phrase plus longue qui conclut cette première partie. Remplie de ferveur, l’épouse-âme aspire à son Bien-Aimé.

Dans un rythme apaisé, un thème secondaire de ligne pentatonique descendante évoque l’image de ce Bien-Aimé qui, « musique silencieuse… dissipe les craintes qui tiennent éveillé la nuit ». Progressivement, le rythme premier revient. L’âme reprend son ardente recherche.

 Sur un balancement rythmique qui crée un grand calme, un deuxième thème secondaire traduit la réponse de l’Epoux, qui se penche avec tendresse sur cette âme bien-aimée. Un dialogue s’engage brièvement entre les deux thèmes secondaires : joyeux élan de l’épouse vers le Bien-Aimé, nouvelle réponse amoureuse de celui-ci.

Sur le scintillement de « lyres délicieuses », comme dit le Cantique, le thème principal en valeurs allongées s’amplifie peu à peu. Une large respiration signifie que nous sommes au point culminant. Le thème principal revient en force dans ses valeurs initiales, suivi à un temps de distance de son imitation à la pédale, tandis que les accords brisés des voix intermédiaires carillonnent. Dans un ralentissement formidable, c’est l’apothéose. Les thèmes et les rythmes sont brièvement récapitulés jusqu’à l’accord final.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *