Espérance

Avril 1952

Composée à la mémoire d’un jeune homme décédé à l’âge de dix-neuf ans, cette oeuvre est destinée à soutenir musicalement par de simples accords au piano une voix annonçant les lueurs de l’« immortelle aurore » après le crépuscule du deuil.

Sur un texte malheureusement très grandiloquent de Georges-André Delaume, Saint-Martin, avec au piano de simples accords et des dessins mélodiques à peine esquissés, laisse se dévoiler dans le crépuscule du deuil, les premières lueurs de « l’immortelle aurore ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *